Pourquoi un réseau social ?

 

Un réseau social ? Ni plus ni moins qu'un support

On me demande régulièrement pourquoi avoir choisi de créer un réseau social : il en existe tant, il n’y a rien de novateur !

Ces sites là se comptent par dizaines, par centaines, voir par millier ! Alors pourquoi ce choix ?

Au commencement était Internet, média qui a révolutionné notre manière de nous cultiver, de nous informer, de communiquer, de partager et de commercer. En à peine 20 ans, il a conquis plus de 2 milliards de personnes à travers le monde ! Il est le support qui permet la plus rapide et la plus grande diffusion d’information n’ayant jamais existé. Grâce au www (World Wide Web) toute entité sociale, tout homme, toute idée peut désormais approcher n’importe quel type de population et y être adopté. On ne parle pas simplement de populations vivant dans tel ou tel pays ou zone géographique, mais aussi de populations hétérogènes géographiquement et disposant de caractéristiques communes.

En 2004, la notion de web 2.0 a commencé à apparaître. Une évolution du simple réseau d’information passif qu’était internet pour devenir un réseau d’échanges sociaux, de participations individuelles, et de partages humains. L’émergence des réseaux sociaux, ou sites Web communautaires, est l’un des éléments les plus significatifs de cette évolution. Ils ont permis de rapprocher les internautes et leurs connaissances et de faciliter les échanges et le partage d’éléments personnels (ou professionnels)  entre eux. Facebook en tête, ces réseaux sociaux ont démontré leur capacité à toucher et à répondre au besoin d’un nombre incroyable d’internautes (plus de 500 millions d’utilisateurs sur Facebook !)

 

Aujourd’hui, c’est vrai, nous ne sommes plus dans le boom des réseaux sociaux tel que c’était le cas entre  2003 et 2010. Le sujet a déjà beaucoup été exploité et on trouve aujourd’hui de tout (dans le pire comme dans le meilleur).

Néanmoins, il s’agit d’un type de plateforme sur lequel nous sommes persuadés qu’il est encore possible d’innover et d’apporter de nouveaux services. Il suffit d’être à l’écoute des utilisateurs de ces réseaux (et également de leur réfractaires).

Un réseau social n’est qu’un modèle d’organisation de l’information et de gestion des interactions. C’est le contenu, les membres et les fonctionnalités qui font sa valeur.

 

Au début des années 1980, IBM régnait en leader incontesté sur le marché de l’informatique. Puis sont apparus Bill Gate avec Microsoft et Steve Jobs avec Apple. On connait la suite.

A la fin des années 1990, le marché des moteurs de recherche sur Internet était largement dominé par Yahoo! et quelques autres (Altavista, MSN, ou encore Lycos en France). Google a alors proposé un moteur de plus, mais basé sur un algorithme novateur (Pagerank). Qu’utilisez-vous aujourd’hui dans ce domaine ?

La téléphonie mobile en 2007 était un marché saturé et dominé par quelques géants (fabricants comme opérateurs de téléphonie). Puis est arrivé Apple et son iPhone. Bientôt Free…

 

Apporter de l’innovation et répondre à des besoins (existants ou latents) permet de faire évoluer des marchés, de les transformer. Le tout est de conserver une curiosité forte (veille, écoute).

De plus, trop de projets aujourd’hui ne sont pensés que du coté développement, sans préoccupation vis à vis de l’ergonomie et du design, d’attirer du trafic, ou encore sans rien connaitre à la communication et au marketing. Se différencier par le concept, répondre à un besoin précis et peu (ou mal) couvert, apporter des fonctionnalités qui permettent une vraie différenciation à l’existant, permettre une utilisation simple et ergonomique, s’adapter en permanence et avec réactivité aux évolutions, communiquer efficacement… Tous ces éléments permettent de se démarquer. Interconnectés de manière pertinente, ils sont quelques unes des clés qui permettent à certains concepts d’acquérir de la notoriété, jusqu’à parfois devenir des références.

Nous sommes persuadés que de nombreux réseaux sociaux se créeront encore dans les dix prochaines années. Beaucoup échoueront. Mais certains deviendront des références et bousculeront les usages et les grands en place. Nous voulons être de la partie !

Trackbacks Commentaires
Réagissez